Sicile Mon Amour

Conseils, astuces et bons plans pour voyager en Sicile

Légendes siciliennes : Colapesce & Aréthuse

Légendes siciliennes : Colapesce & Aréthuse

Voici le premier article d’une série consacrée aux légendes siciliennes. Pourquoi vous parler des légendes de la tradition sicilienne ? Tout d’abord pour satisfaire ceux qui m’ont explicitement demandé des informations à ce sujet ; ensuite, aussi parce que cela vous permettra d’apprécier encore plus certains lieux siciliens dont l’histoire se mêle à des légendes millénaires. Dans ce premier article, je vais vous parler de la légende sicilienne de Colapesce et du mythe d’Alphée et Aréthuse.

Colapesce qui soutient la Sicile

Sans doute ma légende sicilienne préférée, cela que quand j’étais enfant me faisait le plus rêver. En faisant quelques recherches sur le web, j’ai découvert que la légende de Colapesce est également répandue ailleurs dans le sud de l’Italie, certainement avec quelques variantes…

Celle que je vous présente ici est la version que j’ai toujours connue, celle que mes grands-parents m’ont toujours racontée.

La légende de Colapesce

Nicola, dit Cola, était le fils d’un pêcheur de Messine, vivait près de Capo Peloro et passait toutes ses journées plus en mer que sur terre; il avait une relation presque symbiotique avec l’eau, à tel point de gagner le surnom de « Colapesce ».

Explorer les fonds marins était sa passion. Cette passion n’était pas bien vue par sa mère, car souvent le garçon avait l’habitude de jeter ses prises à la mer, à tel point qu’un jour sa mère, désespérée, le maudit en disant : « Puisses-tu devenir comme un poisson ! ».

Au fil du temps, sa peau devint de plus en plus squameuse, ses mains et ses pieds comme des nageoires. Sa renommée se répandit dans toute la Sicile, atteignant la cour du roi Federico II.

Le roi, impressionné par sa renommée, voulut le rencontrer en personne et arriva à Messine. Ici testa les compétences de Colapesce en jetant une coupe d’or dans la mer, alors le garçon immédiatement sauta dans la mer en récupérant l’objet précieux.

Le roi le récompensa, mais le soumit aussitôt à deux autres tests. Il choisit un endroit encore plus éloigné, où l’eau était très profonde, et y jeta sa couronne. Colapesce ne déçut pas le roi: après avoir plongé, il revint à la surface avec la couronne à la main.

Le roi de plus en plus étonné et amusé décida de tester à nouveau Colapesce, jetant un anneau dans la mer dans un endroit encore plus éloigné.

Après avoir plongé dans l’eau, Colapesce commença à descendre dans les profondeurs les plus sombres de la mer, jusqu’à ce qu’il remarqua quelque chose d’étrange. Il vit trois énormes colonnes qui, du fond de la mer, cachées à la vue, soutenaient toute la Sicile, permettant à l’île de rester à flot et de ne pas couler; deux étaient intactes tandis que la troisième était consumée par un incendie entre Catane et Messine.

Colapesce, retournant à la surface, raconta au roi Federico II ce qu’il avait vu, mais le roi ne le crut pas et le força, le menaçant, à ramener ce feu de la mer.

Colapesce dans une illustration de Renato Guttuso | Légendes siciliennes | Sicile Mon Amour
Colapesce dans une illustration de Renato Guttuso | Sicile Mon Amour

Colapesce répondit: « Majesté, voyez-vous ce morceau de bois? Je vais plonger avec, si vous le voyez s’élever brûlé, cela signifie que le feu est bien là, comme je vous l’ai dit; mais cela signifiera aussi que je serai mort, car le feu me brûlera aussi ».

Courageusement Colapesce plongea dans la mer. Tout le monde, du roi, aux nobles, au peuple, attendait qu’il revienne à la surface. Mais seul le morceau de bois brûlé refit surface.

La terreur emplit le regard de Colapesce quand, en regardant de plus près l’une des colonnes, il remarqua qu’elle était pleine de fissures, prête à s’effondrer, usée par l’eau et le temps (selon une version de la légende) ou par la lave de l’Etna (selon un autre version).

Conscient du risque que courait son île bien-aimée, Colapesce décida de soutenir la Sicile avec la force de ses bras, remplaçant la colonne endommagée.

Selon la légende, Colapesce se trouve encore aujourd’hui au fond de la mer, soutenant la Sicile de ses bras pour que l’île ne s’effondre pas sous son poids et s’enfonce dans la mer.

Et si de temps en temps la terre, dans la région entre Messine et Catane, tremble ce n’est que parce que l’héroïque Colapesce bouge, pour changer d’épaule quand cela qui tient la Sicile est endolori de fatigue.

Le Mythe de la Nymphe Aréthuse

Contrairement à la légende de la Colapesce, le mythe de la Nymphe Aréthuse ne fait pas partie des histoires de mon enfance. Je crois que la toute première fois que j’ai appris l’histoire d’Aréthuse, c’était à l’école dans les cours de Mythologie. En revanche, ce n’est qu’à l’âge adulte que j’ai finalement associé la légende d’Aréthuse (et d’Alphée) à l’un de mes endroits préférés en Sicile… En fait, à Syracuse il est possible d’admirer la Fonte Aretusa qui, comme vous pouvez l’imaginer, est liée au mythe de la Nymphe.

La Légende de Aréthuse | Sicile Mon Amour
La Légende de Aréthuse | Sicile Mon Amour

La légende d’Aréthuse et d’Alphée

La nymphe Aréthuse était connue dans toute la Grèce pour la beauté de son corps et la délicatesse de ses gestes. Un jour, après une longue course dans les bois, Aréthuse décida de se rafraîchir dans un beau ruisseau entouré de grandes plantes. Se déshabillant, Aréthuse se permit de prendre un bain relaxant dans ce ruisseau.

Tout d’un coup un silence surréaliste tomba, suivi d’un murmure qui fit peur à la nymphe. Elle commença à courir vite hors de l’eau. Cependant, une voix la poussa à s’arrêter: c’était Alphée, fils d’Océan et Téthys, attirée par la beauté d’Aréthuse.

Alphée commença à chasser Aréthuse, déjà fatiguée de la course précédente. Quand la nymphe fut atteinte, effrayée invoqua la déesse Artémis, à laquelle elle avait fait vœu de chasteté. Celle-ci enveloppa Aréthuse dans un nuage et souffla fort en direction de la Sicile, pour abriter la nymphe dont elle s’était occupée avec tant d’amour.

En arrivant près d’Ortigia, le nuage commença à laisser tomber Aréthuse, se transformant en une source d’eau douce claire et fraîche. Alphée, vraiment amoureux d’Aréthuse, demanda l’aide de son père Océan.

Ce dernier, convaincu par son amour sincère, il ouvrit les eaux de la mer Ionienne permettant à Alphée de rejoindre la Sicile. Ici Alphée, transformé en rivière par son père, put infin se fusionner avec la source. Son souhait était exaucé et les deux pouvaient ainsi être ensemble pour toujours.

Légendes siciliennes

Si vous avez apprécié ce premier article consacré aux légendes siciliennes n’hésitez pas à laisser un commentaire et dites-moi laquelle des deux légendes vous a le plus plu. D’autres articles avec de nouvelles légendes siciliennes suivront prochainement sur le site, si vous avez un conseil ou une remarque vous pouvez me contacter par mail (sicilemonamour@gmail.com) et sur les réseaux sociaux (@sicilemonamour).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *